Vous êtes ici : Académie » Politique académique » Actualités

À télécharger

Envie d'entreprendre

Des mini-entreprises qui ont tout d’une grande !

La 12ème édition d’« Envie d’entreprendre, envie de créer » a rassemblé 850 lycéens et apprentis le 17 mai au Centre des congrès de la Fleuriaye, à Carquefou.

Ils étaient 32 établissements (lycées, CFA et MFR) à participer à l’action pédagogique portée par la Région en partenariat avec le Rectorat de l’académie de Nantes et la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF). L’opération consiste pour les équipes ou les classes engagées à créer et à faire fonctionner pendant une année scolaire une mini-entreprise dans des contextes proches de la réalité.

L’appel à projets a été lancé en septembre dernier et s’est déroulé en trois phases :
  • de novembre à janvier, les élèves ont créé leur mini-entreprise (de négoce, de production ou de services) ou une association à but humanitaire ;
  • de janvier à mai, ils l’ont faire vivre en passant par toutes les étapes habituelles d’une « vraie » entreprise : acheter, produire, vendre, gérer ;
  • enfin, lors de la journée de rencontre régionale, le 17 mai, les équipes ont présenté leur activité à des jurys pour tenter de remporter un trophée ou un coup de cœur.
Encadrés par un ou plusieurs de leurs professeurs, les élèves ont développé leur mini-entreprise dans des secteurs d’activité très variés. Une majorité de participants a choisi la fabrication et la commercialisation d’objets (accessoires de mode, éco-produits, sacs imprimés, « goodies », produits agro-alimentaires, produits artisanaux ou électroniques, et même mobilier).

C’est le cas de « Green Workshop », la mini-entreprise du lycée Heinlex de Saint-Nazaire : 15 étudiants de 1ère année de BTS Chimie et de BTS Pilotage de procédés ont créé une collection de vernis à ongles bio qui bannit les produits toxiques souvent à l’origine de perturbations endocriniennes. Une classe de 2nde bac pro Métiers de la Mode et du Vêtement a pris en charge le packaging avec des sacs et pochettes en matériaux réutilisables et antibactériens pour accueillir les kits (vernis, durcisseurs, fortifiants et dissolvants). Ensemble, ils soutiennent une association de lutte contre le cancer du sein : 20 % des bénéfices des ventes seront reversés à l’association « Comme avant ».

Dans un autre registre portant sur la rénovation d’objets en faveur des pays défavorisés, la solidarité et la citoyenneté sont également un leitmotiv, à l’instar du projet des 24 élèves de 3e préparatoire aux enseignements professionnels du lycée Éric-Tabarly d’Olonne-sur-Mer, « Our Re-Cycle Project ». La classe s’est lancée dans la réparation et la rénovation d’anciens vélos de La Poste qui leur ont été remis gracieusement. Une fois remis en état, ces vélos seront envoyés à Haïti à destination d’établissements scolaires via l’association « Appel Détresse ». Là-bas ils vont permettre à des écoliers de se rendre à l’école plus facilement, notamment lorsqu’il faut parcourir des kilomètres pour pouvoir apprendre.

D’autres mini-entreprises ont quant à elles exploré d’autre pistes, comme par exemple la conception d’émissions de radio ou la création d’une agence de communication (lycée Daniel Brottier à Bouguenais) ou encore la réalisation d’un livre et d’une BD sur le handicap (MFR La Rousselière à Montreuil-Bellay). Le travail et l’implication des élèves et de leurs professeurs sont remarquables : toutes ces initiatives, au total 35 projets, présentés aux jurys composés d’inspecteurs de l’éducation nationale, d’ingénieurs pour l’école et de représentants du monde économique reposent sur l’esprit d’engagement, de responsabilité, de créativité et d’envie d’entreprendre.

Certains projets sont envisagés sur deux années scolaires pour laisser à la mini-entreprise le temps de s’épanouir et de récolter le fruit de son activité à l’occasion de temps forts (ventes de Noël, actions pour le Téléthon, Salon du tourisme à Nantes…) comme pour « La boutique solidaire » gérée par des lycéens et étudiants de terminale bac pro commerce, de 1ere CAP Employé de commerce multi-spécialités et de BTS commerce international du lycée Nelson Mandela à Nantes.
A l’issue de la présentation sur stand et sur scène, les projets les plus marquants ont été récompensés par la remise d’un trophée. Des coups de cœur ont été également décernés à sept mini-entreprises. Chaque jeune recevra en outre une attestation co-signée par le Recteur d’académie et la Présidente de la Région pour sa participation à cette action éducative.

Témoignages de mini-entrepreneurs

Manon, élève au lycée Sadi-Carnot à Saumur : « dans notre projet, on a voulu montrer qu’on peut facilement donner une seconde vie aux choses. Dans les valeurs que l’on veut transmettre, il y a la lutte contre le gaspillage. Nous allons donner une partie de nos recettes à l’association « Théodora ». Ce sont des clowns professionnels qui interviennent auprès des enfants hospitalisés et des enfants autistes dans des instituts spécialisés ».
Leur mini-entreprise, « Life after Life », créée en binôme avec le lycée Paul-Émile-Victor à Avrillé, fabrique et vend des accessoires avec des chutes de cuir provenant d’une entreprise de maroquinerie choletaise.

Adoum, élève au lycée Édouard-Branly à La-Roche-sur-Yon : « j’ai appris beaucoup de choses. Une personne de l’atelier créatif « Camomille » est venue au lycée nous apprendre à fabriquer des objets, comme des mobiles, des attrape-rêves ou des guirlandes lumineuses en papier. Mais j’ai aussi appris à travailler en groupe, à gérer les conflits car on est quatorze. On apprend à se connaître les uns les autres ».
Leur mini-entreprise « Recycap » se développera sur deux années scolaires. Elle commercialise des produits que les jeunes ont fabriqués à partir de livres, de magazines, de journaux et même de capsules recyclés et soutient l’association vendéenne de réinsertion « Trait d’union ».





Partager cette page

Rédigé par Gaetan Lemarie

M.A.J. le 25/05/2018