Vous êtes ici : Académie » Politique académique » Actualités

Industries du futur - Carquefou

À Carquefou, des industries du futur

Le Recteur s’est rendu à Carquefou le 7 octobre pour visiter deux entreprises qui évoluent dans des secteurs de pointe où les profils d’ingénieurs et de scientifiques sont recherchés.

C’est dans le cadre de la collaboration initiée en 2016 et renouvelée en 2019 par l’Académie de Nantes et l’association IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France) Pays de la Loire que cette rencontre a été organisée sur le site du groupe CETIH (Compagnie des Équipements Techniques et Industriels pour l’Habitat) qui emploie 1300 personnes dans toute la France.
L’industriel est spécialisé dans l’enveloppe de l’habitat et rassemble aujourd’hui six marques commerciales dont Systovi, créateur et fabricant français de solutions multi-énergies innovantes dédiées à l’habitat.

L’énergie avec le photovoltaïque et l’aérovoltaïque

A l’issue d’une présentation des activités et des métiers de Systovi par son dirigeant, le Recteur a effectué une visite conjointe de l’entreprise avec Yvon Pelleter, président d’IESF Pays de la Loire. Systovi, créé en 2008, emploie actuellement 80 salariés à Carquefou. Le solaire constitue un marché à fort potentiel et un gros challenge pour l’avenir. La forte concurrence de la Chine, qui détient 75% du marché mondial, la pression économique importante, l’accélération des évolutions technologiques, entre autres, ont mis ce secteur sous haute-pression. L’entreprise parvient à se distinguer notamment par le développement des accessoires et des périphériques. Pionnière de nouvelles technologies de références comme l’aérovoltaïque*, elle poursuit sa démarche d’innovation avec son bureau d’études R&D (recherche et développement). Systovi héberge les lignes de production d’E-Cobot.

La cobotique ou robotique collaborative

La start-up nantaise E-Cobot, créée il y a trois ans, est spécialisée dans le conseil, la conception et l’intégration de solutions industrielles en cobotique et intelligence artificielle. La cobotique, à la différence de la robotique, accompagne l’humain dans les taches les plus pénibles mais ne le remplace pas. 31 « entrepreneurs-ingénieux », terme plus approprié, selon son président, que celui d’ingénieur, sont employés sur les deux sites (le deuxième site est installé au Hub Creatic du parc d’innovations de La Chantrerie). Forte de sa spécificité dans ce secteur de pointe, E-Cobot a créé le « Starlab », constitué d’un observatoire marketing et d’une cellule R&D (brevets, recherches…).
Des collaborations avec les établissements et les grandes écoles se sont nouées depuis plusieurs années, notamment avec l’ICAM ou l’École de Design. Afin de sensibiliser les jeunes à ces métiers du futur, la société ouvre ses portes aux scolaires plusieurs fois dans l’année. Dans quelques jours, des élèves de 3e du collège de la Joliverie et des lycéens de bac pro Systèmes numériques du lycée professionnel Saint-Félix – La Salle seront accueillis à Carquefou.
L’innovation et la performance sont au cœur des activités de ces deux entreprises. Les profils d’ingénieurs et de scientifiques sont vivement recherchés par les recruteurs pour faire face à un secteur en constante évolution et pour permettre aux bureaux d’études de rechercher et de développer des solutions et des applications.
 

Reportage photo


La convention de partenariat qui lie l’Académie de Nantes à l’association IESF a pour objectif de contribuer à répondre à ces enjeux en :

  • renforçant l’attractivité des parcours de formations et des métiers de l’ingénieur et du scientifique en informant les jeunes et leur famille et en apportant une aide à l’orientation ;
  • incitant les jeunes à poursuivre des études Bac + 5, notamment à la suite de baccalauréats technologiques STI2D et STL.
* La différence entre les deux technologies se constate principalement dans le cadre de leurs fonctionnements respectifs. En effet, le photovoltaïque se contente d'utiliser la lumière émise par le soleil, tandis que l'aérovoltaïque va mettre à profit la chaleur pour alimenter le logement en électricité.

Partager cette page

Rédigé par Gaetan Lemarie

M.A.J. le 18/10/2019