Vous êtes ici : Académie » Politique académique » Actualités

Mémorial de la Shoah

Signature d’une convention avec le Mémorial de la Shoah

L’Académie de Nantes a renouvelé sa collaboration initiée en septembre 2016 avec le Mémorial de la Shoah.

Le Recteur William Marois a accueilli le 19 septembre le directeur du Mémorial de la Shoah, Jacques Fredj, ainsi que les inspecteurs d’histoire-géographie et des élèves ayant travaillé en classe avec leurs professeurs sur le thème de la Shoah.

Les milliers d’archives exposées au Mémorial à Paris témoignent de cette période sombre et tragique de la guerre qui a vu 73 800 juifs en France être déportés vers le camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne. Le Mémorial a également une mission essentielle, celle de l’enseignement et de l’étude de l’histoire de la Shoah.

La convention développe plusieurs axes

  • L’un en faveur des enseignants qui bénéficient d’actions de formation et d’accès à des ressources pour leur enseignement en classe. Certains d’entre eux ont effectué des voyages d’étude pour nourrir leur réflexion et celle des élèves.
     
  • L’autre en direction des élèves afin d’enrichir leurs connaissances de l’histoire de la seconde guerre mondiale mais également de transmettre aux futures générations le devoir de mémoire. Des visites scolaires sont organisées au Mémorial de la Shoah et des ateliers hors les murs sont mis en place pour travailler sur les grandes thématiques liées à cette période. « La collaboration entre le rectorat et le mémorial contribue à travers ses actions à former des citoyens ouverts et responsables », a rappelé le Recteur.
Près de 80 000 scolaires par an visitent le Mémorial de la Shoah qui est devenu depuis les années 2000 un véritable outil d’éducation, en rendant compte plus largement des génocides perpétués : celui des Hétéros et des Namas en Namibie, le génocide arménien, le génocide tzigane et celui des Tustis au Rwanda.

Afin d’illustrer la richesse et la qualité du partenariat, des élèves d’une école primaire et de deux lycées et leurs enseignants sont venus présenter les travaux qu’ils ont menés sur le thème de la Shoah.

Les élèves, passeurs d’histoire et de témoignages

Les élèves de l’école primaire de la Pierre Attelée à Saint-Brévin ont lu des textes qu’ils ont eux-mêmes écrits et des extraits de livres étudiés en classe qui les ont marqués. Ils ont réalisé un livret de leurs travaux qu’ils ont remis au Recteur.

Le lycée Aimé-Césaire à Clisson a commencé un projet il y a quatre ans sous l’impulsion des professeurs d’histoire-géographie. Depuis, les élèves s’en sont emparé. Ils ont eu la chance d’effectuer un voyage en Pologne avec Ginette Kolinka, rescapée de la Shoah, et ont également visité le Mémorial. Le projet de cette classe de 1e a pour titre « Cécile Rajngewic et Henri Zajdenwerger, les destins croisés de deux enfants déportés ». Les lycéens ont présenté le fruit de leurs recherches et la vidéo qu’ils ont tournée à l’occasion de l’exposition organisée à l’Hôtel de Région le 23 mai sur le thème de la Shoah dans le cadre du programme régional d’actions éducatives. Le projet se poursuit avec des expositions à venir en partenariat avec les communes de Clisson et de Vallet, ainsi que celle de Vouvant d’où est originaire Cécile, vivement intéressées par le travail de mémoire effectué par les jeunes.

Une classe de 1e du lycée Marguerite Yourcenar au Mans a choisi de s’intéresser au plus près du territoire à cette période de l’histoire avec le projet « Sur la trace des déportés juifs du Mans ». Les élèves ont effectué avec leurs professeurs un voyage de 4200 km du 7 au 14 mars. Ce périple les a menés à Berlin, à Cracovie, à Auschwitz-Birkenau, à Nuremberg et enfin au parlement européen à Strasbourg. Ils ont visité des musées, des quartiers et des sites emblématiques. Les déportés du Mans étaient au nombre de 91 et les élèves ont tracé les parcours de chacun d’entre eux, réunis ensuite dans un livre et dans une vidéo qui ont également été exposés à l’Hôtel de Région. La classe a participé l’an dernier au Concours national de la Résistance et de la Déportation et s’est classée à la 5e place.
Un nouveau projet se met en place grâce aux élèves qui ont pris contact avec la Ville du Mans pour rendre hommage aux déportés juifs : la pose de pavés (stolpersteine) disséminés sur 44 sites de la ville en 2020. Chaque pavé portera le nom d’un déporté.

Partager cette page

Rédigé par Gaetan Lemarie

M.A.J. le 26/09/2019