Vous êtes ici : Académie » Relation Éducation-Économie (R.E.E) » Tribune

formation_pro.png

La mixité dans les formations professionnelles : un atout !

Publié le 17/01/2019 Mis à jour le 22/01/2019

Un certain nombre de formations connues pour être très connotées « masculines » ou « féminines » accueillent de plus en plus d’élèves du sexe opposé, et ce dans des proportions non négligeables. Comment la vie de la classe s’y déroule-t-elle ? Cette situation a-t-elle un impact sur la pédagogie mise en œuvre par les enseignants ? Quel en est l’impact sur les relations avec les entreprises ? Que peut-on dire sur la réussite et l’orientation des élèves ?

Autant de questions posées à l’équipe enseignante du CAP Peintre applicateur de revêtements du lycée Rosa-Parks à La Roche-sur-Yon et dont les réponses donnent à voir une réalité plutôt positive quant aux effets de la mixité dans les formations professionnelles.

Des bénéfices visibles dans la vie de classe

La vie de classe est affectée positivement par la mixité. Les savoir-être, recherchés par les entreprises, trouvent du fait de la mixité de nombreuses occasions d’être travaillés tant côté garçons que côté filles, même si les ajustements portent sur des points différents. Les comportements inadaptés en classe sont mis en évidence et régulés plus vite ; tout cela contribue à la formation des futurs citoyens. On peut remarquer globalement que les filles investissent facilement les instances du lycée (conseil de vie lycéenne…) et jouent pleinement leur rôle de représentantes des élèves.

mixitéUne pédagogie plus efficace si elle s’appuie sur la mixité

Dans l’ensemble, le comportement des filles pendant les cours est jugé par les enseignants plus percutant et souvent beaucoup plus intéressant. Elles ont une implication plus forte par rapport à ce qui est attendu. Cette valeur ajoutée crée un effet d’émulation positive sur le groupe si l’on développe des activités impliquant coopération et dépassement des stéréotypes et des rôles habituels tenus par les unes et les autres.

Des entreprises en majorité ouvertes à la mixité

La question des aptitudes physiques ne se pose plus, dans la pratique du métier, du fait des équipements et des aides multiples qui existent. Ce sont les aspects de motivation et d’envie de réussir qui priment. Si les discours sexistes de certaines entreprises s’effacent face aux difficultés de recrutements masculins, il peut arriver que l’intégration d’une élève en période de formation en milieu professionnel soit un peu compliquée au départ. Les retours des entreprises concernant les jeunes filles accueillies dans ce contexte sont, en général, positifs. Ainsi, en peinture, l’arrivée d’une élève dans une équipe améliore la qualité du travail de l’ensemble du personnel, tant pour des travaux en intérieur qu’en extérieur. La relation avec les clients s’enrichit également. La mixité apporte, par la différence de sexe, une attention et une adaptation à l’autre bénéfique à tous les niveaux.

La réussite et l’orientation des élèves-filles et des élèves-garçons

Les résultats scolaires semblent différer pour les filles et les garçons dans la mesure où ces derniers sont plus susceptibles de préparer un diplôme professionnel qui ne figurait pas dans leurs premiers choix d’orientation. Leur motivation, tout comme la différence de maturité avec les élèves-filles, peuvent être moindres, et peuvent influer sur leurs résultats. Ainsi, si on note en peinture quasiment 100 % de réussite à l‘examen pour les filles alors 70 %  de garçons obtiennent leur diplôme. Concernant les poursuites d’étude, les filles sont en général plus nombreuses que les garçons à s’engager dans la préparation du diplôme supérieur.

 



Date :
01/10/2018
Partager cette page

Rédigé par Xavier Rolland

M.A.J. le 22/01/2019