Vous êtes ici : Académie » Relation Éducation-Économie (R.E.E) » Tribune

Photo-Axel2.png

Lutter contre les préjugés

Publié le 18/01/2019 Mis à jour le 22/01/2019

Choisir un métier à connotation féminine, c’est possible ! Axel nous le prouve à travers son témoignage. Même si son parcours n’a pas été un long fleuve tranquille, Axel a suivi ses envies et choisi une filière qui lui plaisait. Fort du soutien de son entourage, les préjugés des autres, il s’en moque. Ce qui le motive avant tout, c’est de poursuivre ses objectifs sans peur ni crainte.

En classe de 3e, Axel n’envisage pas de continuer dans la voie générale. Il aime la création et hésite entre la cuisine et la mode. Amoureux des vêtements, l’adolescent prend l’initiative de se renseigner sur les filières de la mode. C’est ainsi qu’il fait son mini-stage de 3e dans une école qui propose un Bac pro Métiers de la Mode - Vêtements (MMV). Cette visite lui permet de « poser des images sur ses idées » et de confirmer son choix d’orientation. Soutenu par sa professeure principale, sa famille et ses amis, il intègre alors un Bac pro MMV dans la région normande. Axel se retrouve le seul garçon de sa filière. Ce n’est pas un souci pour lui si ce n’est que les professeurs ont tendance à s’adresser à l’ensemble de la classe au féminin !

Axel évoque toutefois deux souvenirs « marquants » qu’il a su malgré tout dépasser. Alors que des modèles de vêtements « extravagants » proposés par des filles ont été acceptés pour un défilé, la tenue proposée par Axel a été refusée car jugée trop osée par l’une de ses enseignantes. Axel, déçu, n’a pas compris cette différence de traitement mais cette remarque ne l’a pas empêché d’avancer. Par ailleurs, lors d’un repas au self de l’établissement voisin, à filières majoritairement masculines, Axel a été victime d’une insulte à caractère homophobe. Peu impressionné, il a fait comprendre que cette remarque déplacée ne l’atteignait pas.

En revanche la masculinité d’Axel s’est révélée être un véritable point fort pour ses stages en entreprise.

AxelLes entreprises lui ont toujours offert un bon accueil, « plus simple car elles ont aimé la différence », et surtout, ont eu confiance en ses compétences. Un métier, ça s’apprend, et que l’on soit fille ou garçon, « tout le monde doit développer ses propres compétences ».  Il insiste sur l’importance de croire en ses envies et sur l’ouverture d’esprit de l’entourage.

Aujourd’hui en 1e année de BTS Métiers de la Mode au lycée de la Mode de Cholet, Axel est heureux de partager sa classe avec deux autres garçons. Même s’il s’est toujours bien senti avec les filles, il regrette qu’il n’y ait pas plus de mixité dans cette filière car cela « apporterait beaucoup » et nous avoue, en souriant, que « ça fait du bien des fois de pouvoir se regrouper entre garçons ! ». Son avenir ? Le jeune homme envisage de continuer en Licence Professionnelle sans avoir encore une idée précise du métier qu’il veut exercer.

Le message qu’Axel souhaite adresser aux élèves qui hésiteraient à s’orienter vers des filières à connotation masculine ou féminine est le suivant : « Les préjugés n’appartiennent qu’à ceux qui les portent. Peu importe la connotation d’une filière, au-delà du sexe, il y a un individu, fort de sa personnalité ». Pour Axel, c’est surtout la société qu’il faudrait faire évoluer. Il n’a jamais eu de souci au sein de ses écoles mais plutôt à l’extérieur. A méditer…

« Ce qui compte, c’est la personne, ses envies et ses compétences ! » (Axel, 18 ans)

 



Date :
18/01/2019
Partager cette page

Rédigé par Xavier Rolland

M.A.J. le 22/01/2019